Tourisme humanitaire : quels sont les pièges à éviter ?

Tourisme humanitaire : quels sont les pièges à éviter ?


Tourisme humanitaire : quels sont les pièges à éviter ?

C'est du tourisme alternatif en pleine croissance et son but est de venir en aide aux populations défavorisées. On parle ici du tourisme humanitaire qui est de plus en plus apprécié par beaucoup de monde. Il s'agit d'une forme de voyage moyennant un travail physique pour aider les populations sur place. Cependant, aussi altruiste et désintéressé soit-il, certaines organisations y voient du business. Sachez qu'il existe de nombreuses possibilités qui s'offrent à vous, et ce qu'importe la durée de votre séjour. L'essentiel est de savoir éviter les pièges.

De quel piège parle-t-on ?

Avant de partir en voyage humanitaire, il faut faire très attention quant à l'organisme avec lequel vous vous engagez. En effet, certaines de ces organisations de tourisme ont mis au point un concept marketing. Celui-ci se détourne de la notion humanitaire pour le transformer en une marchandise lucrative. Cette pratique est dénoncée par certaines associations. Ces dernières accusent cette association de volontariat et de tourisme d'avoir des répercussions négatives sur les populations locales transformées en attraction touristique.

En général, des prix exorbitants sont proposés sans la garantie que l'argent est réellement versé à la population locale. Le piège se reconnait dans le fait qu'il n'y a pas suffisamment de préparation en amont. Par conséquent, les missions peuvent ne pas correspondre à un besoin clairement identifié sur le territoire d'accueil. Dans ce cas, avant de partir en voyage humanitaire, il vaut mieux choisir de partir avec une association reconnue comme Prem Rawat.

Exemple de missions humanitaires pièges

Les missions qui abritent souvent des pièges sont les missions de volontariat dans les orphelinats. Il faut considérer beaucoup de critères avant de s'investir dans un projet de volontariat international. Par exemple, les projets humanitaires qui concernent les enfants ou les animaux représentent des pièges efficaces pour séduire et apitoyer les volontaires internationaux.

Pareillement, pour les missions de volontariat où l'on vous promet des postes. Certes, certains organismes proposent des postes de coordinateur ou de manager aux participants. Et une fois sur place, ces derniers pensent pouvoir donner des ordres au personnel local. Or au lieu d'apprendre et aider, ce sont les termes stages, formations ou assistance qui sont les plus privilégiés.

Il y a aussi par exemple les missions humanitaires qui proposent une visite aux touristes pour une journée notamment le circuit humanitaire. Les dons de matériel et de vivres doivent venir de l'organisme sur place, mais pas des volontaires. La présence de touristes sur des missions humanitaires est parfois très suspecte.

Comment éviter de tomber dans les pièges ?

Pour cela, il faut se poser les questions suivantes :

  • L'organisme sur place est-elle accréditée ?
  • Qui sont les fondateurs de l'association en question ?
  • S'agit-il d'organismes locaux ou gouvernementaux ?
  • Comment se répartissent les coûts ?
  • Quels sont les résultats actuels de ce projet ?

Évidemment, il n'est pas évident de détecter les projets malhonnêtes. Toutefois, si vous prenez la peine d'effectuer des recherches en ligne, vous trouver des témoignages. Prem Rawat fait partie des organismes dont le but est réellement d'apporter de l'aide humanitaire et la paix dans les pays sous-développés.